CR - Lot WE du 19-20 janvier 2013 - suite

 

Dimitri fait l'escalade pour allez sniffer dans le diverticule T. C, Betty et moi on file vers le fond une petite pause d' un quart d'heure mais rien, pas de Chanel n°5 ni les odeurs de pied du Jacko et même pas les effluves d'encens du Baron ; bon, retour ! On refait jonction avec Dimi qui lui non plus n'a pas eu sa sniffette et bien demi-tour on rentre, Chanco, nous mène jusqu'à la voute mouillante dans l'autre partie du réseau... pour une autre fois. Bon c'était superbe ! On sort de la cavité. Oh ! Grosse différence de t°, et là tu te rends compte que tu es trempé jusqu'aux os et que tu te les gèles sévère. Du coup je rentre sans slip et là a ma grande surprise je me rends compte que la tenue n'est pas gênante du tout ma foi.

Il va falloir que j'essaye le caleçon ! Entre temps Thierry Marchant nous a rejoint ? Allez retour à Farges.

Les Thierry passent devant, nous on tarde un peu... 1er aller retour : "je te dis qu'on est passer la, non ! c'est a gauche demi-tour". 2eme aller retour : "je te dis qu'il y avait ce bucher à droite. Bon demi-tour". 3eme aller retour : "ah ! c'est là à droite ! ouf !". On arrive Chanco est en grande conversation avec une grande boule de glaise. Oh ! Alain ! Et les autres, Demili et Olivier sont au fond pour faire la topo. Allez on leur remet un petit peu de ventillo...

Olivier réapparait couvert de cette délicieuse onction bouillasseuse un peu ronchon le briquet avait du mal à s'allumer avec l'humidité et puis Souriolit a perdu la boussole (non pas la tête c'est déjà fait) dans la glaise impossible de la retrouver ; bref à quatre pattes dans la gadoue, la gadoue, la gadoue. Bon et la dézob et la fumettte.... bon on insiste pas ; Et puis choco-olit qui refait surface dans une  féminité digne d'un Bull Terrier

Avec son petit carnet  de topo tout caca et qu 'elle va s'évertuer de nettoyer durant le week end afin de retrouver ses notes.

On commence a déséquiper ah ! La corde résiste serait-elle accrochée au fond ? Ah ! Olivier quel dévouement, qqqquel sacrifice pour la noble cause. Comment tu n'es pas chaud pour te rééquiper ? Allons ! Allons ! Merci Olivier.

Bon allez on rentre au gite, la biz aux Thierry on passe faire des courses la tronche pleine de glaise pour la plus part au super market cela ne choque personne. Et puis demain on retourne faire la même cévité puisque la corde est restée. Repas du soir feu de cheminée confit  alcool de façon raisonnable comme à l'accoutumée, reste de haricot vert du séjour Géorgien et dodo aaaaah Betty a perdu sa frontale !

Peut-être est-elle en corrèze.

Et le lendemain ! Oh ! La jolie neige comme c'est joli 10-15 cm. Ah ! Betty qui cherche sa chaussette : "elle est peut-être avec la frontale", émet une voie discrète. Bon mais toute cette neige, on fais quoi ? Et bien on réfléchit ! Et si on voyait avec la cellule de crise: "Allo ! Phil ! Non nous ne sommes pas en Géorgie, on est a Caniac ! Dis nous l'enneigement en haute-vienne c'est comment ? Très délicat sur Pierre Buffiere. OK on avise !" Nos relations avec les affaires étrangères cela a du bon. Et Alain qui voit du côté de France Bleu : oui Francoise ah ! Cela circule mal sur l'A20. Bon et bien nous allons faire une balade et on verra après manger ! Malin le Baron et prévoyant car il avait ses gant et son bonnet (c'est ça un vrai chef d'entreprise ih!ih!).

13h30 allez, on a cassé la croute ! On plie bagages, certain s'équipe de chaines pour les perdre !!!! Les autre non. Quelques difficultés pour rattraper l'A20 puis cela roule jusqu'à la hauteur de Pierre Buf ou cela reste encore un peu chaud. Bref on arrive à bon port, retour au loft pas très tard et voila encore une sortie pleine de rebondissements comme on sait les préparer

La biz a tous et à jeudi. Merci encore aux Thierry.

Et pour les espions Auvergnats : le maire s'exerce sous la flotte.

Compte-rendu de l'explo à Farges. Lire.

Manu.