CR - Jonquilles 10-09-2015

Compte rendu de la sortie aux jonquilles

9h03
Nous sommes partis à 4 comme prévu du carrefour Boisseuil: Martial, Christopher & Flavie. Suite à un trajet sans histoire, nous arrivons au local du Spéléo Club de Tulle où l'on essayera de trouver un matériel complet pour chaque pratiquant. Après quelques interrogations en ce qui concerne l'éclairage nous repartirons quelques minutes plus tard vers Noailles afin d'entamer des choses plus sérieuses.

12h00
L'heure de la pitance est arrivée, nous déjeunons de façon peu frugale mais efficace afin que le corps devienne aussi opérationnel que l'esprit (l'âme réside en la corde). Malgré de grandes difficulté à enfiler les chaussons néoprène, l'habillement fut prompt.

12h30
Consignes de sécurité, le moment que tout le monde préfère, il est parfois préférable d'utiliser un vocabulaire rassurant pour les recrues tel que : chute fracassante, étroitures impénétrables, ramping pourvoyeur de rotules bleues (cf cantabriques), rivière tumultueuse...
Même la diction des consignes n'entamme pas le moral de nos jeunes recrues, Flavie s'autoproclame derechef : "maillon faible". A la vue de la bouche d'égout, des gorges se resserrent...Christopher se demande pourquoi il est venu et s'il ne va pas constituer un groupe de surface à lui tout seul !
Au final, après avoir expliqué l'usage des longes, des descendeurs, je descends équiper le premier puits et c'est Flavie qui ouvre le balais. Quelques hésitations ponctuées de cris plus tard, je croise le visage rassuré de Flavie. Elle me dit "Il y a de la place ici !". C'est bon, les inquiétudes se dissipent rapidement. Un peu moins pour Christopher qui ne sait pas encore s'il est claustrophobe ou non. Quelques minutes plus tard, tout le monde est descendu et la bonne humeur ne quittera pas l'équipe. La descente du P35 ne provoqua aucun fracas..plus des éloges sur la beauté du panorama souterrain.

14h30
Nous empruntons le fossile en direction des galeries dites "merveilleuses". Flavie s'esclaffe a répétition devant les gours dont elle trouve la forme "formidable". Je régurgite quelques détails karstologiques sur la formation probable de la galerie pendant que des bottes glissent vigoureusement sur un sol argileux & humide. La descente vers la rivière se fera par une corde et la encore c'est une surprise, dixit Christopher : "Il y a une plage ici!!!". Nous déambulons dans la galerie merveilleuse dont la noirceur des parois entrecoupée de coulis de caramel et de sucre glacé réaniment illico la ferveur professionnelle de Martial. Afin de vérifier la velléité de nos jeunes recrues, je m'engage dans un passage plus étroit. Flavie nous apprend que les "étroitures c'est très facile quand on est accoutumé à la levrette", faute de référence : les hommes acquiescent.

16h00
Petite pause casse-croûte, on a pas froid et les esprits sont de bonnes tournures. On parle de l'activité et de la façon ou elle s'organise dans un club. Tout le monde semble partant pour un autre tour dans la rivière...nous laissons nos sacs et nous repartons vers l'amont. Il y a de l'eau...mais cela ne semble émotionner personne. Alors nous profitons pour prendre un petit bain, Flavie puis moi, Christo & Martial: ça y est, on est maintenant à bonne température pour le retour.

17h00
Nous sommes à la base des puits, et l'efficacité du retour fut tout à fait honorable. Une initiation à la remontée fut prodigué en 5 minutes mais, tous grimpeurs...chacun a bien vite intégré la gestuelle inhérente à la remontée en jumar. Ce fut donc avec la plus grande prestance, que le groupe arriva au dernier puits étayé par des bidons. Ce puits, c'est la cryptonite de Christopher qui préfère laisser sa place dans un premier temps! Mais courageusement il s'engage dans la dernière longueur avec habilité.

18h00
On est tous dehors...et tout le monde est en vie, c'est la deuxième fois que ça m'arrive et tout le monde semble rassuré de le savoir. On décide que le niveau d'eau est insuffisant pour effectuer le lavage alors nous partons découvrir à pied une partie de la vallée sèche. Les pertes de la couze, la grotte de la couze, et le gouffre du briant augurent de nouvelles aventures intéressantes à venir ;). L'estomac de chacun semble nous rappeler à l'ordre et il est temps de partir...

21h45
Après un repas fast-foodesque pris sur Brive-la-gaillarde, nous sommes rendus sur le parking de boisseuil. Endroit tout à fait indiqué pour refaire le monde et métaboliser quelques pensées romantiques.

Une équipe très sympathique avec de très bonnes aptitudes souterraines.

FIN

Nicolas