CR - Event de la Fontanelle

Le 20 juin 2015 comme je m'ennuyais et que ça me démangeait depuis que Jean-Christophe nous l'avait montré à une AG, j'ai décidé d'aller faire un peu de promenade dans l'Event de la Fontanelle. Pour ceux qui ne connaissent pas c'est une cavité de Corrèze au-dessus de la résurgence (toujours en exploration) du Sorpt. L'entrée se présente comme une résurgence intermitente, elle ne "dégeule" qu'en temps de pluie.

 

 

Les corréziens se sont un peu acharnés dedans et c'est sur la base de leur super compte-rendu que j'ai préparé la sortie.

Retrouver l'entrée n'aura pas été difficile même si les coordonnées que j'ai récupérées étaient à 100m près.

Devant l'entrée les traces laissées présagent qu'il ne vaut mieux pas s'y trouver quand ça refoule. Après un court conduit, un passage à gauche mène nulle part, la suite est droit devant dans un petit bout de galerie qui finit par se séparer en deux. Un méandre remontant part en fossile sur une distance inconnue et le bas plonge en voûte siphonnante. J'espérais compte tenu de l'énorme sécheresse que le siphon serait désamorcé mais ce n'était pas le cas. Constatant qu'il serait impossible de passer sans pomper, je me suis lancé dans le méandre supérieur.

J'ai commencé par traîner mon kit avec le nécessaire de premier secours dedans, mais très vite comme j'étais constamment "debout à l'horizontale" et que ça se rétrécissait de plus en plus je l'ai abandonné. Ce fossile est une sorte de toboggan horizontal étroit, les parois glissantes permettent de progresser avec peu de force. Mais c'est de loi l'un des pires boyaux que j'ai fait. Par endroits il y a de magnifiques concrétions mais quelques séries de virages rendent le passage des jambes compliqué. Après une longue progression et comme ça se rétrécit toujours plus j'ai fini par abandonner constatant des traces de passage sur la paroi.

Au moment de rebrousser chemin, pas moyen de me retourner, il a donc fallu reculer sur le flanc pendant un long moment, repasser difficilement les jambes dans les virages toujours à l'envers jusqu'à enfin réussir à me retourner. Sorti du méandre fossile j'ai compris pourquoi personne n'était revenu dans ce trou. Il paraît qu'après le siphon et une seconde voûte siphonnante il y a un méandre de vasques tout aussi étroit et qui semble sans fin.

Je serais bien intéressé pour y revenir mais en désiphonnant cette fois pour voir l'autre partie.

Le reste de l'après-midi jai rejoins Jacko à Miers et nous avons pris contact avec les gars qui explorent le réseau des Ayrals.

 

Olivier.