CR - Arbailles Octobre 2013

Camp dans les Arbailles du 19 au 26 octobre 2013. Un programme chargé avec des explos envisagées sur des trous habituels (GA1, Cantinière) et de nouveaux. Personnes présentes au cours de la semaine : Lulu, Mado et Betty, Philipe, Dédé, Jacko, Manu, Alain et Olivier (SCHV) ; Jean-Louis, Pascal et Fabrice (SC Saint-Herblain) ; Thomas et Roger (Albi).

 

 

 

 

      Dimanche 20 Octobre

  • Un groupe constitué de Jean-Louis, Thomas, Manu et Olivier ont attaqué les hostilités dans le fond du GA1 pour tenter d’atteindre le puits repéré en Août.
  • Longue et pénible tentative d’élargissement dans la première étroiture, au final Jean-Louis de Nantes et Olivier la passeront ainsi que la seconde pour commencer la première escalade. Faute de matériel suffisant, la suite est remise au lendemain.
  • L’après-midi désob du trou à Jacko dans la doline près du cayolar. Désob non poursuivie les jours suivants, toujours pas de suite évidente.

En milieu d’après-midi arrivée d’Alain et Betty avec le camion et sa précieuse cargaison pour l’hiver, puis Roger fait également son apparition.


 

 

      Lundi 21 Octobre

 

  • Deux équipes aujourd’hui avec des objectifs différents : Jean-Louis et Olivier sur l’exploration de la fin du GA1 et Roger, Betty, Manu, Alain à la Cantinière.
  • Dans le GA1 l’explo s’est faite post étroitures, les deux escalades sont équipées et Jean-Louis descend le puits d’une quinzaine de mètres de profondeur découvert en août. Au fond un départ de méandre impénétrable qui ne laisse pas échapper le moindre brin d’air. Arrêt de l’exploration sur cette constatation, des départs se trouvent sur le chemin mais plutôt étroits et tous essentiellement remontants.
  • A la cantinière l’équipe parvient à passer l’étroiture en trou de serrure et débouche sur un méandre boueux qui se trouve être en plafond d’une immense salle en-dessous. Un grand puits donne sur un méandre où la désobstruction est nécessaire.

Arrivée de Dédé alors que Jacko repère un nouveau trou du côté du cayolar des chasseurs.


 

 

      Mardi 22 Octobre

  • Toute la nuit et la journée un vent très fort balaye les Arbailles, décision est prise de ne pas s’aventurer à la Cantinière ou dans la forêt.
  • Nous décidons de refaire l’équipement d’une ancienne cavité dans la doline près du Cayolar et proche du Trou à Jacko désobstrué le dimanche passé. Il n’y a pas beaucoup d’infos sur le LU 304, juste un monospit sur un rocher et un puits qui s’ouvre directement sur le chemin des animaux.
  • D’abord un puits étroit qui débouche finalement en plafond d’une salle plutôt grande atterrit sur un éboulis. Au fond sur le côté gauche à priori une simple cloche, ou peut-être un départ de quelque chose était impraticable en raison de la présence d’un animal mort qui infestait tout. Peut-être une suite à désob ? A droite après un ressaut une petite salle avec des concrétions au plafond donne dans environ un mètre d’eau avec là aussi un animal en décomposition. La présence de cette grosse vasque d’eau est intrigante.

 

L’après-midi nous allons équiper le nouveau trou découvert par Jacko, aucune trace de précédente exploration. L’entrée se situe dans une large diaclase et descend en plan incliné, au fond pas de suite évidente, peut-être un colmatage. Sous l’entrée possible continuation à désob (terre végétale).


 

 

 

 

 

      Mercredi 23 Octobre

  • Reprise des hostilités au fond de la Cantinière. Les précédentes explorations il y a trente ans nous ont laissé une topo plutôt incompréhensible mais il semble qu’une grande salle se trouve au fond avant un méandre impénétrable.
  • Le méandre étroit qui nécessitait une désob sera partiellement stabilisé pour passer, le méandre permet de descendre environ dix mètres plus bas dans une assez vaste salle. Nous y retrouvons des déchets des précédents explorateurs ainsi que du carbure. Au plafond un puits noir n’est pas éclairable, d’immenses blocs sont en équilibre au milieu.
  • Au fond comme la topo l’indiquait nous découvrons un méandre praticable qui à notre surprise laisse échapper un fort courant d’air par un puits qui paraît plutôt profond. La tête de puits ne permet pas notre passage et requiert d’y revenir.
  • La côte des -200m si elle n’est pas encore passée est toute proche. Tous les déchets trouvés au fond ont été remontés à la surface.

Départ de Lulu, Philipe, Betty, Alain et des Nantais.


 

 

      Jeudi 24 Octobre

 

  • L’objectif du jour est clair : continuer l’explo plus loin que les précédents découvreurs.
  • Descente dans la grande salle près de la côte -200 et longue désob du fond du méandre, puis début d’équipement du premier puits. Roger atteint le fond et pousse un cri de joie, c’est là juste le haut d’un autre puits encore plus large et profond.
  • Thomas l’aide à équiper et poser des déviateurs.
  • Au fond de ce nouveau puits assez vaste démarre un méandre d’où semble provenir le fort courant d’air. Une première désob est entreprise alors que Thomas découvre le mot « zobe » écrit dans la boue au niveau d’une lucarne dans le haut du méandre. Cela démontre que les premiers spéléos sont arrivés jusqu’à cet endroit sans avoir pratiqué de désob ce qui compte tenu de l’endroit était un sacré challenge à réaliser.
  • Au retour Roger déséquipe l’entrée de la cavité, la suite par la lucarne dans le haut du méandre sera à réaliser une fois prochaine ainsi que la topo exacte de la cavité jusqu’à ce point.

Plus de six heures sous terre pour ce nouveau « push ».


 

 

      Vendredi 25 Octobre

  • A nouveau un vent assez fort et risque d’orage, journée repos donc. Inspection d’une perte signalée par Roger et qui se trouve au fond d’une reculée près du Cayolar des chasseurs. Il y a un trou rectangulaire avec un possible départ de ramping.
  • Le matin, désob de la perte pour dégager le ramping et voir comment cela se présente. Un ramping assez nette partant en direction de la paroi la plus proche semble prometteur.
  • L’après-midi, tout le monde se met à l’œuvre et entame l’ouverture de la perte et du ramping en tranchée. Malheureusement ce ramping se réduit en simple espace sous blocs et prend le sens de la pente en direction du fond de la reculée. Arrêt avant l’heure de l’apéritif.

Thomas signale deux nouvelles cavités supposées au départ du chemin du GA1 et repérées au GPS le lendemain ; elles se présentent comme des décollements de roche, il y en a une qui ressemble à une diaclase et semble profonde. L’entrée des deux est très étroite et nécessiterait une désob.


 

 

      Remise des prix

Fin du camp le samedi 26 octobre, comme toujours ce fut une super semaine avec beaucoup de partage. Merci aux nantais et à Roger. Une note spéciale pour Thomas et ses desserts tous plus bons les uns que les autres.

On se souviendra aussi longtemps des figues à betty.

 

 

Olivier – SCHV

 

Voir les photos.

 

Photos : Olivier.