CR - Arbailles Août 2013 - Jeudi 08 août

 

 

      Jeudi 08 août

Pas de programme particulier, la tendance est à partir dès le lendemain à cause du temps infecte donc à ne pas se salir. Pour ma part à force d’entendre parler du GA001 je suis décidé à aller y faire un tour. Le petit dej’ à peine terminé et les affaires prêtes direction la soufflerie. Roger m’a demandé de chercher le courant d’air défois qu’un passage aurait été râté avant la fin de la partie désobée. Au moment d’enter un doute s’installe : la cavité est-elle encore équipée ?!? Je verrai bien.

Le ramping est effectivement infernal, mais le travail réalisé dedans est titanesques. Le courant d’air disparaît rapidement, revient parfois et repart. Le méandre bien qu’étroit semble très haut. J’atteins une première escalade qui est encore équipée, ouf, s’ensuit la vire du puits pour la traversée. Suivant les instructions de mes aînés le baudard et le kit sont laissés ici, et l’explo continue. Je teste le courant d’air par endroits, ne trouve rien de spectaculaire, la désob devient de moins en moins nette à mesure que le méandre se poursuit et finalement j’arrive sur la fin de la désob. Le passage est vraiment étroit et la paroi particulièrement agressive. Après une hésitation et me rappelant avoir fait plus serré je rentre dedans sur le flanc. Très vite ça se resserre encore, il faut vider les poches et retirer le casque. Le temps de laisser un papier inscrit « Par là » au cas où… je pousse plus loin et parviens à sortir du passage très serré. Il y a une petite salle, Roger m’en a parlé, donc l’explo s’est terminée ici. Je fais le tour vite fait, rien de particulier à part un méandre à droite. Casque remis, ce méandre bien que serré présente plusieurs « cloches » dans lesquelles je sais que je pourrai me retourner si jamais ça pince trop fort. Trois cloches plus tard le méandre s’élargit à nouveau dévoile bientôt un puits, enfin vu qu’il remonte nous dirons une cheminée. Il y a quelques mètres à escalader, la roche est découpée ce qui permet de le faire avec une bonne sécurité, j’en profite pour purger l’escalade et le haut. Il y a à droite un nouveau méandre et à gauche deux étroites galeries qu’il ne serait pas prudent d’escalader pour voir dedans. J’emprunte donc le méandre de droite assez large pour passer, d’imposants blocs en équilibre au sol et de nombreuses écailles sur les parois appellent à une grande prudence. Après quelques mètres voici une nouvelle cheminée et une escalade qui est purgée au fur et à mesure. En haut le méandre continue à droite, jusqu’à un léger élargissement à l’approche du mondmilch et bientôt le sol se dérobe. Vu la consistance de la roche et du sol je prends mes précautions, il semblerait que je sois dans le haut d’un méandre et la lucarne au sol donne dans un fort élargissement. Je ne me rappelle pas avoir passé ça à l’aller, j’écris donc un mot sur une page de carnet et la laisse tomber dans le « puits »… finalement elle atteint le sol, si je la trouve au retour il s’agit du méandre déjà emprunté, sinon d’un tout nouveau. A ma hauteur devant, le méandre qui remonte fortement se resserre sur une énorme coulée de mondmilch et un fort concrétionnement qui empêche tout passage.

Assez certain d’avoir fait de la première, je lève un croquis rapide sur le retour tout de même un peu déçu de n’avoir pas pu descendre le puits… la spéléo est affaire de patiente. N’ayant pas revu la note au retour cela tend à laisser penser qu’il s’agit d’un autre méandre.

Pendant ce temps là le reste du groupe est en repérage d’anciennes cavités dans le secteur.

Le campement rejoint et le croquis expliqué à Roger, l’entrain pour le GA001 est relancé !

Au bord du soir Jacko trouvera même le temps de nous donner une petite leçon d’informatique.