CR - Arbailles du 8 au 14 sept 2012

Départ samedi 8 au matin pour Dimitri, Jacquot et moi. Je me rends compte que j’ai oublié ma néoprène, c’est pas malin quand l’objectif est d’aller se baigner au fond de la Taupe. J’en récupère une au club, pourrie et énorme, mais je ferai avec…On ramasse Jacques DD au passage à Saint-Junien; c’est le matin du grand soir et donc il est bien réveillé.

L’express Limoges-Mauléon piloté par Jacquot brûle le macadam, et on arrive au cayolar en milieu d’après-midi. Jean-Louis et Marco nous suivent à quelques minutes, la coordination est parfaite, ça commence bien. Laurent a récupéré la clé vendredi et est déjà dans la Taupe. Il nous a laissé un mot nous disant qu’il ressortira dimanche en fin de matinée.

Dimanche. Jean-Louis, Marco, Dimitri et moi préparons le matériel pour descendre bivouaquer au fond de la Taupe. L’objectif à la descente est d’escalader la cascade des Taupographes (en amont de l’actif du bas du puits des jumelles), puis le lendemain de topographier le fond jusqu’au siphon, ainsi que l’affluent en rive gauche, et au passage reprendre une escalade dans le canyon du vent. Et j’en oublie. On verra que c’était bien ambitieux, et que la réalité taupesque nous rappellera à une plus grande modestie. Voir pour ça l’excellent récit de Laurent et Jean-Louis sur le site du Spéléo-Club de Saint-Herblain.

En attendant il est midi et Laurent n’est toujours pas là. On avait décidé de ne pas descendre sans avoir fait le point avec lui sur l’état du bivouac (ça doit faire plus de deux ans que personne n’y a mis les pieds), ainsi que sur le niveau de l’eau et sur les objectifs les plus intéressants. 14h00, Jean-Louis ne tient plus en place. 15h00, il explose. 15h30, pour faire baisser la pression on prend de l’altitude en montant attendre à l’entrée du trou. Et à 16h00 on croise Laurent, Lotina et Shaila  (Spéléo club "BURNIA" de Galdames en Pays Basque) qui nous font un petit topo sur ce qu’ils ont vu et fait. Le bivouac est encore en état, il y a quatre couchages corrects. Pas d’eau dans les oubliettes et le puits des coquillages. Deux néoprènes complètes. OK c’est parti, il est 17h00. Débute alors une descente très très longue.

Pendant ce temps là les deux Jacques dérouillent leurs VTT en allant faire un tour à la perte de la Bidouze. Damien et Manu (du Gard) font leur apparition.

Loti et Shaila disparaissent.