CR - Arbailles 26 et 27 octobre 2008 - été 2008

Index de l'article

 

Eté 2008 2 & 3 août 2008, Laurent et deux basques d’Espagne descendent lever le point d’interrogation. Effectivement après une courte escalade et une petite traversée en vire, ils découvrent le fantastique tube/galerie du Marmitako, sculpté d’une succession de marmites de toutes tailles et concrétionnées. Ils retrouvent la rivière au-delà du siphon après avoir équipé un P8. La galerie/canyon reprend entrecoupée de ressauts et vasques glissants à équiper. Après environ 400m ils stoppent l’explo faute d’équipements au sommet d’un nouveau puits L’explo de la Taupe est à nouveau relancée

Depuis pas un jour sans que l’on ne pense à elle

11 & 12 octobre, la météo est bonne. Laurent, Roger et jcd la rejoignent. Topo, explo et photos souvenirs. Nuit au cayolar dévasté et crotté par les loirs qui se sont vengés de cet été. Le lendemain préparatifs tranquilles et montée en douceur avec le soleil et les couleurs automnales. 10h00 ils s’engouffrent après avoir laissé un tèl et la fiche secours. Ils ont pensé à prendre une pharmacie sommaire on ne sait jamais, ils ont laissé une bouteille d’eau au pop’Oc en prévision pour la remontée.

Ils ont aussi pensé à prendre un éclairage/chauffage carbure au cas où pour la pointe…) et 15h voici le bivouac/casse-croûte/vestiaire.

16h la pointe. Ca coule bien c’est pas l’étiage. Déjà l’épreuve de la piscine après l’échauffement du premier lac. Puis Roger et jcd découvrent avec enthousiasme les nouvelles galeries. La topo est méthodiquement effectuée bien que nous ne nous attendions pas à avoir tant de développement. On profite du paysage fort esthétique voir fantastique sur certains détails.

Enfin Laurent nous annonce le terminus précédent. L’équipement des ressauts/cascades et vasques reprend, de suite topographiés. La Taupe continue encore et toujours plus bas. On parcourt une centaine de mètres. Vers 2h00 du mat la fatigue nous ralentit au sommet d’une jolie cascade avec vasque de réception. Roger plante un spit, jcd descend et nage avant de pouvoir se rétablir.